#VendrediLecture : charge mentale, harcèlement sexuel et IVG

  • Titiou Lecoq, Libérées

Le livre de Titiou Lecoq « Libérées », un ouvrage léger (quoique !) qui commence par interroger la répartition des tâches ménagères entre hommes et femmes et s’achève sur une vraie réflexion sur la société, l’éducation, etc.

« Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ? »

 

  • Le harcèlement sexuel, Muriel Salmona

 

Recemment est paru le nouveau livre de Muriel Salmona, docteure spécialiste dans la prise en charge des victimes de violences, consacré au harcèlement sexuel dans la collection Que sais-je ? aux éditions PUF.

Dans cet ouvrage, l’autrice explique que le harcèlement sexuel est une forme de violence sexuelle que de trop nombreuses femmes subissent au cours de leur vie. Portant directement atteinte aux droits, à la dignité, à l’intégrité et à l’estime de soi des femmes, c’est un délit puni par la loi pourtant rarement dénoncé, et encore plus rarement puni dans les faits.

Le harcèlement sexuel implique que de nombreux espaces de vie deviennent hostiles aux femmes et que, par conséquent, celles-ci développent des stratégies d’évitement, deviennent hyper-vigilantes, voire s’auto-censurent et s’auto-excluent.

La libération de la parole occasionnée par la vague #MeToo est porteuse d’espoirs et doit constituer un tournant dans la lutte contre les violences sexuelles et la reconnaissance des victimes.

  • La servante écarlate de Margarett Atwood

Dans un contexte où, aux États-Unis, des mesures visant à interdire l’avortement ou le rendre impossible ont été mises en place dans plusieurs États et où des femmes doivent se faire escorter pour se rendre dans un centre IVG, il était évident de vous proposer de lire ce célèbre roman de Margaret Atwood.

Dans un futur proche sombre, les femmes sont asservies et réduites en esclavage dans la république de Gilead fondée par des fanatiques religieux. Parmi ces femmes, les « Servantes écarlates » sont des femmes dont le rôle est d’assurer la reproduction. Defred est une de ces génitrices qui repense à l’époque, pourtant pas si lointaine, où les femmes étaient libres.

Une dystopie qui fait réfléchir sur notre monde actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :