Magenta Baribeau parle du désir d’enfant

Magenta Baribeau, documentariste indépendante québécoise, travaille depuis cinq ans à l’élaboration du premier long métrage documentaire à propos de la réalité des femmes occidentales qui ont fait le choix de ne pas avoir d’enfant.

1) Qu’est-ce qui vous a incité à travailler sur le non-désir d’enfant?

Lorsque j’ai eu 30 ans, les gens se sont mis à s’intéresser beaucoup trop à ma procréation. La goutte d’eau fut une visite dans une clinique. L’infirmière m’a mise en garde contre les effets secondaires d’un vaccin que je pouvais prendre en pilule : « Peut causer la stérilité. » Je lui réponds: « Pas de problème, je ne veux pas avoir d’enfants. »

Elle me dit : « Tu vas changer d’idée ! » Au sortir de la clinique, je me suis dit que j’allais faire des recherches sur le sujet puisqu’on ne parle jamais des femmes qui ne veulent pas avoir d’enfant. Le projet de film est donc né en novembre 2009.

2) A votre avis, pourquoi certaines femmes font le choix de ne pas être mère ?

Par simple non-désir d’enfant. Lorsqu’une femme a un désir d’enfant, comme tout autre désir – que ce soit monter l’Everest ou voyager – elle met tout en oeuvre pour réaliser ce rêve. Lorsqu’il y a absence de désir, on se concentre alors sur autre chose.

3) Quelles sont les idées reçues ou critiques qui entourent encore le non-désir d’enfant chez les femmes ?

L’égoïsme est le stéréotype qui revient le plus souvent. Sinon, on considère souvent qu’avoir des enfants est un rite d’entrée dans le monde des adultes et donc on infantilise les femmes qui font le choix de ne pas en avoir. On les considère immatures même sans savoir pour quelles raisons elles ont fait ce choix. Souvent, on croit également qu’elle n’ont pas rencontré la bonne personne et que ce choix n’est donc pas en fonction de leur propre vie, mais plutôt par dépit.

4) Que pensez-vous de l’in- térêt de lever ce tabou ?

J’espère faire comprendre aux gens les raisons qui poussent les femmes à ne pas vouloir d’enfant. J’espère que ce film les aidera à obtenir plus de respect dans leurs choix de vie. Puisque ce film traite de respect, je tiens à mentionner qu’il n’est pas « anti-parent ». Je respecte les gens qui ont fait un choix de vie différent du mien, je m’attends à recevoir le même respect.

5) Pourquoi, selon vous, ce non-désir est plus stigmatisé chez les femmes que chez les hommes ?

Il n’est pas plus stigmatisé par les femmes, mais envers les femmes. En effet, la société considère souvent que c’est normal qu’un homme ne veuille pas devenir père alors que c’est anormal pour une femme d’avoir cette même réflexion. C’est une pensée sexiste qui vient malheureusement du fait que les gens croient que la parentalité est du domaine féminin et non un processus conjoint homme-femme.

Propos recueillis par Estelle