L’ABCD de l’égalité de l’égalité – Lutter contre les préjugés et… la rumeur

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre : le gouvernement socialiste voudrait enseigner aux enfants la « théorie du genre ». Entre calomnies et fabulations, La Manif pour Tous et Égalité et Réconciliation montrent bien les limites idéologiques de leur entreprise. Au banc des accusés ? L’ABCD de l’égalité.

Ils ont occupé les médias cet hiver, demandant le retrait d’un projet pédagogique qui constitue à leurs yeux un nouvel affront à la sacro-sainte famille. Au menu de leurs récriminations : « théorie du genre », cours de masturbation, propagande sexuelle avec le fameux livre « Tous à Poil », suppression de l’altérité sexuelle… Qu’on ne s’y trompe pas : les arguments avancés par les mouvements réactionnaires relèvent du fantasme pur et simple. Au prétexte de sauver la famille, ils tentent une récupération politique par la désinformation et sèment la confusion dans les esprits en manipulant des parents désemparés. Répandant la rumeur, La Manif pour Tous a appelé au retrait des enfants de l’école… et a été parfois entendue.

Or, de quoi s’agit-il vraiment ? Enseigner l’égalité et le respect entre filles et garçons à l’école, identifier et déconstruire les stéréotypes de genre ancrés chez les élèves pour leur permettre de prendre conscience des préjugés liés à leur sexe et des barrières qu’ils créent. Voilà le projet ambitieux de l’ABCD de l’égalité, expérimenté dans plus de 600 classes de 10 académies volontaires depuis septembre dernier. Les enseignants peuvent recourir à divers outils et ressources pédagogiques : peintures, débats… À titre d’exemple, l’étude des contes est proposée sous l’angle de la répartition des rôles masculins et féminins. La surreprésentation de personnages masculins dans les livres pour enfants est aussi pointée du doigt. Des activités sportives sont aussi bien proposées aux filles qu’aux garçons. Le but est de libérer les potentialités, en espérant que cette ouverture se répercute sur les choix d’études puis d’orientation professionnelle. Et pourquoi pas jusque dans la vie privée ?

Pourquoi une telle peur face à ce beau programme qui vise l’égalité entre les filles et les garçons ? Parce que chaque initiative œuvrant pour l’égalité bouscule une vision du monde stéréotypée, qui voudrait renvoyer les femmes à leur foyer et maintenir la hiérarchie entre les sexes encore en vigueur, niant au passage l’existence d’autres formes de familles, d’autres sexualités et les reléguant à la marge, en zone de non-droit.

Redisons-le. Non, la théorie du genre n’existe pas. Non, les enfants ne seront pas incités à changer de sexe. Il s’agit seulement de les aider à dépasser l’autocensure qu’ils intériorisent très jeunes : de leur donner confiance en eux, tout simplement. L’ABCD de l’égalité constitue donc une grande avancée, et OLF demande sa généralisation dès la rentrée prochaine.

Mélanie


L’examen du projet de loi sur la famille est reporté

Le 3 février 2014, au lendemain de la Manif pour Tous, Matignon a annoncé le report de l’examen de la loi famille. Après l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée aux couples lesbiens, la voilà elle aussi remise au placard. Or elle comprend des mesures qu’OLF soutient, telle la reconnaissance juridique du statut de beau-parent au sein des familles recomposées, et qui devront donc attendre 2015. Cette décision est loin de faire l’unanimité. Des parlementaires ont d’ores et déjà annoncé qu’ils déposeront leur propre texte.