Féministes intolérantes ou société indifférente ?

Violences sexistes et culture du viol dans la culture

Orelsan, Cantat, Polanski, Brisseau… Les féministes interpellent régulièrement les milieux artistiques et médiatiques sur les œuvres et les auteurs qu’ils encensent.

En retour, elles sont raillées, souvent attaquées et insultées, mais rarement écoutées. En gros, nous serions des « demi-folles [1]», violentes, incultes, qui ne comprennent rien à rien, de dangereuses censeures totalitaires et réactionnaires, égarées quelque part entre maccarthysme et nazisme[2]. N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Bon alors, sérieusement, et si on remettait tout ça dans l’ordre ?

D’OÙ ON PART : UN MONDE CULTUREL FAIT PAR DES HOMMES POUR DES HOMMES

Nous vivons dans une société androcentrée, sexiste, violente et misogyne. Politique, travail, médias, éducation… Je ne détaille pas tout ici, vous êtes sur un site féministe, vous pouvez trouver tous les exemples nécessaires dans les autres articles du site pour illustrer mon propos. Dans cette société, aucun secteur n’échappe au mieux aux stéréotypes de sexe, au pire aux violences machistes. Et la culture pas plus qu’un autre.

Les choses ont progressé me direz-vous. Oui, il y a aujourd’hui en France autant de femmes que d’hommes étudiant le spectacle vivant ou le cinéma. Par contre, les artistes programmés, exposés, financés, récompensés restent des hommes. En 2016, sur les 102 théâtres, orchestres et opéras subventionnés, la SACD[3] compte 2 % de compositrices, 24 % d’autrices, 29 % de metteuses en scènes. Même constat au cinéma où le CNC compte 21% de réalisatrices sur les 2 539 longs métrages agréés entre 2006 et 2015. Pas mieux non plus dans les musées où, selon le ministère de la culture, les femmes sont minoritaires parmi les artistes exposées : 23 % dans les fonds régionaux d’art contemporain, 33 % dans les centres d’art. Les femmes restent encore et toujours dans l’imaginaire collectif des muses plutôt que des artistes. Même en littérature où la société semble avoir accordé une place plus légitime aux écrivaines, depuis la création du Goncourt en 1903 à 2017, les autrices françaises n’ont reçu que 21% des 740 récompenses décernées[4]Or, pas de femmes créatrices, pas de diversité de regard.

L’exemple du cinéma

Prenons l’exemple du cinéma. Selon l’étude annuelle sur la diversité dirigée par Stacy Smith[5], sur les 121 principaux films sortis sur les écrans états-uniens en 2016, seuls deux étaient réalisées par des femmes.

Or, sur les 4 583 rôles à texte de l’échantillon, la chercheuse et son équipe ne dénombrent que :

  • 31,4% de rôles de femmes, le plus souvent entre 20 et 35 ans[6].
  • 30% de rôles de personnes racisées,
  • 2,7% de rôles de personnes handicapés, dont 68% d’hommes,
  • 1%  de rôles de personnes LGBT, soit 51 rôles dont 70% d’hommes gays.

Dans ces conditions, le cinéma est-il vraiment un art créatif et subversif, ou juste désespérément homogène ? Cela en devient presque amusant quand on sait que nos détracteurs nous reprochent souvent de vouloir un cinéma moraliste et aseptisé… alors que c’est tout l’inverse !

Quand nous analysons le monde du cinéma, nous partons des films et des messages dominants qu’ils renvoient pour finalement arriver à qui est derrière la caméra : on aura de la diversité, des histoires nouvelles, des personnages variés avec des âges, des couleurs, des sexualités différentes, un autre regard sur les violences quand on aura enfin des réalisateurs et réalisatrices de tous les âges et de tous les milieux. L’égalité n’apporte pas l’homogénéisation insipide mais bien la diversité. Tout ce que le cinéma actuel a tant de mal à nous proposer.

De la pédagogie au coup de gueule

Dans ce contexte, les analyses se multiplient. Celles des associations de professionnel·le·s (HF, Le deuxième regard, Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme, The Guerrilla Girls, le festival des films de femmes de Créteil, Aware, Les Tenaces …), celles des chercheuses… Mais leurs résultats et leurs conclusions sont encore trop peu reprises hors du milieu militant. Au-delà, elles sont le plus souvent rayées par les critiques[7] et n’impactent pas encore les financeurs, producteurs ou programmateurs… Pour preuve, selon le CNC[8], en 2015, l’investissement dans l’ensemble des films d’initiative française réalisés par des femmes est 4,5 fois inférieur à celui dans les films d’initiative française réalisés par des hommes. Et selon le CSA, les 5 chaînes de France Télévision n’ont programmé que 4% de films réalisés par des femmes en 2013, en 2014 et en 2015. Il y a encore tant de chemin à parcourir…

Face à ce constat, les associations multiplient les actions de sensibilisations. Publications, ciné-débats, conférences, articles, interventions en milieu scolaire, nous œuvrons pour éduquer le regard, visibiliser les stéréotypes de sexe et expliquer leurs rôles dans la production et la perpétuation des inégalités. C’est un travail de longue haleine, invisible, non médiatisé. Et puis de temps en temps, quand les artistes franchissent la ligne rouge, nous attaquons. Orelsan, Polanski, Cantat… oui, nous montons au créneau pour montrer notre ras le bol. Les médias accourent alors, ravis de faire le buzz et de pouvoir réduire toutes nos analyses et leur contextualisation à un raisonnement d’hystériques incompétentes.

 

CAS D’ECOLE N° 1 : LA VIOLENCES DES OEUVRES

En 2009, les féministes interrogent la pertinence de créations artistiques violentes et misogynes comme celles d’Orelsan. Les Chiennes de garde, le Collectif féministe contre le viol, la Fédération nationale solidarité femmes, les Femmes solidaires et le Mouvement français pour le planning familial portent plainte pour injure et provocation à la violence envers les femmes dans les textes de huit de ses chansons. Condamné à 1 000 euros d’amende en 2013, le rappeur est finalement relaxé en 2016. La cour d’appel de Versailles invoque la « liberté d’expression » en notant que « sanctionner » les chansons objets de la polémique reviendrait à censurer toute forme de création artistique « .  

« Il faut dissocier l’œuvre de la réalité au nom de la liberté d’expression »

Au-delà des insultes échangées sur les réseaux sociaux, la cour nous donne donc un premier contre-argument : au nom de la liberté d’expression et de la création artistique, il faudrait dissocier l’œuvre de la réalité. Alors, oui, bien sûr, une œuvre, et notamment une chanson (on peut en rediscuter concernant le cinéma et les scènes bien réelles imposées aux actrices), n’est pas la réalité.  C’est une création qui raconte un regard, celui de l’artiste. Mais  les œuvres ne sont pas des objets autonomes et détachés de tout. Elles s’inscrivent dans un contexte : une histoire personnelle bien-sûr, celle de l’artiste, mais aussi une société. Or, dans une société androcentrée et sexiste comme la nôtre, la violence sexiste peut-elle être de l’art ?

La violence sexiste peut-elle être de l’art ?

On nous explique que l’art est le lieu de la transgression, que notre lecture serait moralisante et puritaine. Mais les violences masculines n’ont rien de transgressif : elles sont la réalité et le quotidien de nombreuses femmes et d’enfants. Nous le rappelons dès que possible et je vais le faire encore dans ce texte : chaque année, en France, des hommes commettent 93 000 viols ou tentatives de viols sur des femmes majeurs et près du double sur des enfants. Moins d’1% d’entre eux seront condamnés. Chaque année, en France, des hommes tuent plus d’une centaine de femmes parce qu’ils les considèrent comme des objets qui leurs appartiennent.

Meurtre, viols, harcèlement, agressions… en quoi jouer avec les mots sur ce terrible problème de société transforme un texte, un film en œuvre d’art ?  Surtout qu’Orelsan n’y apporte ni dénonciation ni sublimation. Ecrire « t’es juste bonne à te faire péter le rectum« , « on verra comment tu suces quand j’te déboîterai la mâchoire« , « J’rêve de la pénétrer pour lui déchirer l’abdomen » « Mais ferme ta gueule ou tu vas te faire marie-trintigner », « Petite, essaie pas de me fréquenter ou tu vas perdre ton pucelage avant d’avoir perdu tes dents de lait » n’a rien de créatif. C’est juste une illustration de la manière dont l’imagination d’Orelsan est colonisée par la violence sexiste de notre société. Cela n’a rien de subversif ou de novateur.  Par contre, c’est violent et blessant. Blessant pour les familles, pour les proches de victimes de violences, pour les féministes, pour toutes personnes douées d’un peu d’empathie…

« Pourquoi vouloir interdire alors qu’il suffirait d’ignorer ? »

Alors souvent on nous répond que nous ne sommes pas obligées d’appeler à la censure, à l’interdiction, que nous pouvons juste ne pas écouter la musique et les insultes d’Orelsan, ne pas regarder les viols de Game of Thrones. Fermer les écoutilles en quelques sortes… C’est vrai que beaucoup d’entre nous font ce choix. Pour ma part, je ne m’impose ni les paroles d’Orelsan ni celles d’autres chansons misogynes. De même, je ne vais que rarement au cinéma et encore, après avoir pris mille précautions sur le film choisi car je ne supporte plus qu’on m’impose viols ou scènes pornifiantes. Je préfère la télé ou je peux zapper ou interrompre les programmes à l’envie. J’y perds énormément en qualité. Mais j’y gagne en sérénité. Tant que le cinéma n’aura pas évolué et renoncé à son goût pour la culture du viol, c’est moi qui renoncerais au cinéma.

Mais on n’est pas féministe pour soi-même, ou du moins pas seulement. On est féministe parce qu’on a un projet politique de société, l’envie d’un monde plus juste, plus libre. Nous voulons peser sur cette société, la changer. Nous l’analysons, la décryptons et essayons d’y déconstruire les rouages du patriarcat. Ils sont nombreux et la culture en fait partie.

En étant vues, médiatisées, commentées, les œuvres jouent un rôle sur la société, elles éduquent le regard du public, l’éveillent à plus d’empathie, de diversité ou au contraire baissent son seuil de tolérance. Et, par exemple, comment éduquer les jeunes aux sexualités, comment leur expliquer les notions de désir partagé, de respect, de consentement si Orelsan peut chanter ses horreurs sur des scènes publiques ? Si Youtube diffuse le clip d’Orelsan mais censure la parodie réalisée par le duo féministe C.L.I.T? 

Alors, oui nous analysons l’offre culturelle, la critiquons et oui, parfois même, nous demandons l’interdiction de certaines œuvres. Car si la liberté d’expression est fondamentale, elle n’est pas pour autant absolue et doit se concilier avec d’autres libertés ou droits fondamentaux. Il ne s’agit pas de censure (pour rappel, Orelsan est toujours produit, financé et largement diffusé. Il vient même de gagner 3 victoires de la musique). Il s’agit juste de faire respecter le droit des femmes à ne pas être battue ni violée, à ne pas craindre pour leur vie.

Il semble d’ailleurs intéressant de comparer le bashing des féministes qui critiquent certaines productions « artistiques » aux récents débats sur la réédition des  pamphlets antisémites de Céline. Après avoir assuré que leur intention était « d’encadrer et de replacer dans leur contexte des écrits d’une grande violence », Gallimard a finalement renoncé à son projet.  Serge Klarsfeld, le président de l’association des Fils et Filles de déportées de France, avait réclamé l’interdiction de ces pamphlets qui tombent sous le coup de la loi : «Que les universitaires étudient ce livre pour comprendre, aillent en bibliothèque pour le consulter, pas de problème » Mais «imaginer qu’on puisse rentrer dans une librairie et trouver ça dans les rayonnages, je trouve ça insupportable». « Comment voulez-vous qu’on attaque ensuite des gens comme Soral ou comme Dieudonné quand ils diront Céline est en vente libre »[9]Des arguments finalement assez semblable aux nôtres, non ? Pourtant, je ne crois pas avoir entendu quiconque insulter Serge Klarsfeld. Cela montre toute la tolérance de notre société aux propos sexistes et misogynes. Aujourd’hui, la loi sanctionne les propos racistes et antisémites qui constituent des abus de la liberté d’expression. Pourquoi l’antisémitisme, le racisme et pas la misogynie ? Vous me direz la Shoah, c’est 6 millions de mort·e·s. Oui, c’est vrai, mais le patriarcat, c’est combien de mortes ? combien de femmes violées ?

 

CAS D’ÉCOLE 2 : LA VIOLENCE DES HOMMES

Fin 2017, Les Inrocks consacrent une couverture à Bertrand Cantat pour la sortie de son nouvel album. Nous interrogeons la pertinence de médiatiser l’assassin de Marie Trintignant. On nous répond qu’il a purgé sa peine.

Quelques semaines plus tard, nous interrogeons les hommages rendus à Polanski à la Cinémathèque française alors qu’il est accusé par 5 femmes de viols quand elles étaient mineures : on nous répond qu’il faut dissocier l’œuvre de l’homme.

Enfin, en 2018, Cantat lance une tournée dans toute la France. Des militantes manifestent devant les salles de concerts  pour dénoncer la célébration de l’agresseur. Si la mobilisation pousse le chanteur à annuler sa présence dans les festivals et à écourter sa tournée, les porte-paroles de l’association sont harcelées sur les réseaux sociaux et la mobilisation est critiquée par certains médias qui nous accusent de récupération politique.

« Il faut dissocier l’auteur de l’œuvre »

Ce qui est surprenant c’est bien le consensus autour de la condamnation des violences faites aux femmes mais l’incapacité de notre société à l’appliquer concrètement aux gens qu’elle admire. 

Après leur une, les Inrocks se sont justifiés : « ce journal s’est toujours battu contre les violences envers les femmes, contre le sexisme et pour l’égalité entre les sexes » mais « L’histoire de Bertrand Cantat fait partie de celle des Inrockuptibles, depuis les années 1980 »[10]Pareil pour Polanski. Dans un courrier envoyés à ses adhérent.e.s, Frederic Bonnaud et Costa Gavras ont précisé : « S’il est évidemment indispensable de faciliter la parole des femmes victimes de discriminations ou de violences, sexuelles notamment, et de la prendre en compte, il n’est absolument pas question qu’une quelconque censure indifférenciée puisse s’exercer.» De même, lors des interviews réalisées auprès du public allant écouter Cantat, on a pu lire les justifications des spectateurs comme « Je méprise ce qu’il a fait mais j’adore sa musique »[11]

En gros, les violences, bouh, ce n’est vraiment pas bien mais laissez-nous profiter tranquille, cela ne nous concerne pas et puis, là, ce n’est pas pareil, c’est de l’art et/ou c’est un génie. Et alors, génie ou pas, art ou pas, cela change quoi ? Rien. On ne lutte pas contre les violences avec du politiquement correct mais avec de la cohérence. Si on dénonce les violences, on dénonce les agresseurs. Sinon, cela ne sert à rien.

Etonnamment, là encore, notre société arrive mieux à le faire avec certaines discriminations qu’avec d’autres. On ne peut plus aujourd’hui parler de Céline sans préciser qu’il était antisémite. De même, on ne montre plus le King Kong de 1933 sans évoquer le racisme et les volontés colonialistes de l’époque.

Alors pourquoi ne peut-on étudier les œuvres de Polanski en précisant que c’est un pédoagresseur ? Pourquoi ne peut-on diffuser ses films sans le recevoir, lui rendre hommage et l’applaudir ? Pourquoi donner la parole à Bertrand Cantat et le laisser étaler ses états d’âmes sans même citer une fois le nom de Marie Trintignant?

Finalement je retourne la question : comment peut-on dissocier l’homme des crimes commis ? Je rappelle : un meurtre de 23 coups de poings et des viols sur mineures. Les vies des femmes qu’ils ont détruites ont donc si peu de valeur à vos yeux ? Y a-t-il si peu de femmes et d’hommes de talent qu’il faille absolument absoudre et adorer des criminels ? Quel est ce système de valeurs où le plaisir que génère une œuvre permet d’effacer les crimes commis sur des femmes et des enfants ?

« Il a purgé sa peine »

A ce moment du débat, on nous répond souvent que Cantat a purgé sa peine, qu’il ne peut être condamné à vie, qu’il a droit à la réinsertion et que notre mobilisation revient à réinstaurer les bûchers[12].

Pourtant nous ne nous opposons pas à la réinsertion de Bertrand Cantat. Il a ouvert un bar, fait un disque. Nous n’interrogeons pas cela. Nous interrogeons son besoin de revenir sur scène, dans la lumière des projecteurs, face à un public. Nous interrogeons l’indécence de vouloir être à nouveau applaudi quand Marie Trintignant ne le sera plus jamais. Il y a une différence entre se réinsérer et rechercher la lumière. Et si, en effet, il a le droit de le faire, nous, nous avons le droit d’interroger son choix comme celui du public qui vient l’encenser. Car Cantat aurait pu se faire oublier. Mais, comme nombre d’agresseurs, il a rejeté cette option.

Or, rester dans la lumière est une des étapes clefs de leur stratégie des agresseurs telle qu’elle a été mise à jour par le CFCV (Cibler et mettre en confiance une personne/l’isoler/la dévaloriser/ inverser la culpabilité/verrouiller le secret[13]). Car cette réhabilitation va imposer au public de se justifier. Pour pouvoir applaudir sereinement Cantat ou Polanski, il faut reporter la faute sur les victimes. Étaient-elles vraiment de bonnes victimes ? Ne l’ont-elles pas un peu cherché ? Marie Trintignant n’était-elle pas droguée, alcoolique, hystérique ? Samantha Geimer n’était-elle pas une petite allumeuse qui ne faisait pas son âge ?

Vous adulez l’artiste et pendant ce temps-là non seulement les victimes sont au mieux oubliées, au pire méprisées, mais les agresseurs sont protégés. De témoins involontaires de violences masculines, inconsciemment, vous devenez complices.

« Mais votre violence rend  vos propos inaudibles ! »

Enfin, quand les arguments de fond tombent un à un, on nous oppose souvent des arguments sur la forme : nous serions violentes.

Frédéric Bonnaud l’a rappelé dans toutes ces prises de paroles médiatiques : il a dû dépenser 10 000€ pour assurer la sécurité de Polanski et résister aux dangereuses féministes qui auraient tenté d’agresser Polanski… D’un côté, vous avez 50 femmes à scander des slogans devant la cinémathèque, armées de panneaux et d’un mégaphone. De l’autre, vous avez un homme qui a reconnu avoir drogué une fille de 13 ans pour la sodomiser. Sérieusement, un peu de décence. Si l’on doit parler de violences, commençons par parler de celles des agresseurs, non ?

Alors, violentes les féministes ? Avons-nous frappé, blessé, cassé, détruit ? Non, nous ne sommes pas violentes. Mais en colère, ça oui. 

Nous sommes en colère contre ce monde culturel androcentré qui refuse d’interroger ses  idoles et se drape de la sacro-sainte liberté d’expression pour éviter tout changement de paradigme, ce monde qui hurle à la censure fantasmée de quelques hommes, sans jamais s’indigner de celles des autrices, réalisatrices, peintres, sculptrices… toutes ces femmes qui ne trouvent pas de financement pour réaliser leurs films, pas de scène pour jouer leurs pièces ou leurs musiques, pas de musées pour exposer leurs œuvres.

Nous sommes en colère contre ces journalistes qui donnent tribunes sur tribunes aux défenseurs du patriarcat mais ne laissent jamais plus de quelques lignes tronquées aux raisonnements féministes.

Nous sommes en colère contre ces collectivités qui financent salles de concert, de spectacle et d’exposition sans jamais interroger les programmations alors que selon la loi de 2014, elles doivent mettre en œuvre une politique pour l’égalité entre les femmes et les hommes et notamment mener des actions de prévention et de protection permettant de lutter contre les violences faites aux femmes.

Nous sommes en colère contre ces spectateurs et spectatrices qui font le choix de s’assoir sur leurs valeurs et la souffrance des victimes pour deux heures de concert.

Nous sommes en colère enfin contre cette société qui refuse d’ouvrir les yeux sur l’ampleur des violences masculines, cette société qui, malgré les chiffres et les études, continuent d’entretenir méconnaissance et déni plutôt que d’apporter son soutien aux femmes et enfants victimes et de condamner les hommes violents.

Oui, nous somme en colère contre vous tous et toutes.

Et le fait que vous ayez tant de mal à comprendre pourquoi est assez inquiétant.

 

Astrid

 

[1] Expression utilisée par Frédéric Bonnaud, directeur de la Cinémathèque française, lors de son entretien avec par Médiapart le 8/11/17.

[2] Lors de l’inauguration de sa rétrospective à la cinémathèque le 30/10/17, Polanski a déclaré en évoquant les féministes manifestant devant le bâtiment « Avant on pouvait brûler les livres, comme Hitler (…) aujourd’hui avec le tout numérique, on passe d’un support à l’autre en dépit de certains zinzins ».

http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/10/30/03002-20171030ARTFIG00313–la-cinemathequepolanski-denonce-les-zinzins-qui-voudraient-detruire-son-oeuvre.php

[3] https://www.sacd.fr/les-femmes-dans-la-culture-les-chiffres-2016

[4] http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/03/les-prix-litteraires-francais-sont-ils-sexistes_4802462_4355770.html

[5] https://annenberg.usc.edu/sites/default/files/Dr_Stacy_L_Smith-Inequality_in_900_Popular_Films.pdf

[6] Et la France ne fait pas mieux : les personnages féminins de plus de 50 ans ne représentent que 6% des rôles adultes dans les films français sortis en 2016 alors que, selon l’Insee, elles représentent une personnes majeures sur 4 dans la société française. https://aafa-asso.info/les-chiffres-du-tunnel-des-50/

[7] https://medium.com/@johannaluyssen/le-cin%C3%A9ma-le-sexisme-et-les-cin%C3%A9philes-un-cas-d%C3%A9cole-3f963762806c

[8] http://www.cnc.fr/web/fr/publications/-/ressources/11213347

[9] https://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/serge-klarsfeld-veut-l-interdiction-de-la-reedition-des-pamphlets-antisemites-de-celine_1970789.html

[10] https://www.lesinrocks.com/2017/10/17/actualite/a-nos-lecteurs-2-11997904/

[11] https://www.nouvelobs.com/societe/20180607.OBS7890/au-zenith-de-paris-cantat-c-est-une-ordure-mais-j-adore-sa-musique.html

[12] https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Bertrand-Cantat-lintolerable-retour-buchers-2018-06-07-1200945221?from_univers=lacroix

[13] http://osezlefeminisme.fr/strategies-des-agresseurs/