L’histoire par les femmes

En 2011, l’étude réalisée par le Centre Hubertine Auclert de 11 manuels d’histoire à destination des seconde et CAP révélait que seules 3,2% des biographies présentées étaient consacrées à des femmes. Le site « histoire par les femmes » contribue à réparer cette injustice. On y trouve, synthétisées en quelques lignes et classées par disciplines, les biographies de figures féminines marquantes. Cest l’occasion de découvrir des personnalités rarement évoquées. Qui connaît Grace O’Malley, cette aristocrate irlandaise qui, à la tête de toute une flotte, s’opposa à Elisabeth I ? Ou bien encore Caroline Herschel, astronome anglaise à qui la Royal Astronomical Society remit une médaille d’or en 1828 ? Des vies d’autant plus passionnantes, qu’elles sont émaillés de luttes contre les préjugés et les obstacles sociaux.

Un tel site s’ancre dans un phénomène plus global : la prise en compte progressive de l’importance des femmes dans l’Histoire. Les enseignants du primaire et du secondaire ont ainsi à leur disposition, depuis 2010, un manuel intitulé La place des femmes dans l’histoire. La discipline y est envisagée dans une perspective réellement mixte. Mais au-delà du champ de sciences humaines, c’est aussi le rapport à la mémoire collective qui est en jeu. Le 8 mars dernier, François Hollande suggérait qu’on lui soumette des noms de femmes à faire entrer au Panthéon : en consultant histoire par les femmes, on peut constater qu’il aura l’embarras du choix.

Emmanuelle