#VendrediLecture : violences masculines, droits des femmes, succès

Féminister le #VendrediLecture !

Depuis plusieurs mois, Osez le Féminisme 59 ! publie chaque vendredi une critique littéraire. Le Feministoclic a aussi pour vocation de vous faire découvrir la richesse d’une culture féministe, nous vous proposons donc chaque mois de publier quatre avis sur un livre lu par une militante.
N’hésitez pas à donner votre avis sur les livres, et même, proposer votre propre critique !

Bonne lecture 🙂

L’équipe d’OLF

 

  • Nadine Trintignant, Ma fille, Marie

Ce livre est le témoignage de Nadine Trintignant, mère de Marie, meurtrie par la mort tragique de sa fille. Mère et fille travaillaient ensemble. Nadine Trintignant évoque avec pudeur les derniers jours de Marie et raconte l’effet dévastateur de la violence d’un homme qui ébranle toute une famille.

  • Mary Wollstonecraft, Défense des droits des femmes

Cet essai, de Mary Wollstonecraft, féministe britannique du XVIIIe siècle, paru en 1792, est l’un des tout premiers du genre.

Fidèle à elle-même, Wollstonecraft plaide pour la libération et l’éducation des femmes et fustige les moeurs de son temps qui font valoir que l’éducation n’est pas destinée aux femmes. Contrairement à son homologue française de l’époque Olympe de Gouges au destin funeste, cet essai a rencontré un certain succès critique à sa parution.

 

  • Léa Clermont-Dion, Marie Hélène Poitras, Les Superbes

Un ouvrage de Léa Clermont-Dion et Marie Hélène Poitras. « Les Superbes » est un essai à quatre mains sur le succès au féminin et sa perception par la société. Illustré, entre autres, par Mathilde Corbeil, ce livre propose une réflexion intéressante sur le succès des femmes dans différents milieux (artistique, littéraire, académique et politique).