#VendrediLecture : Sexisme, portraits, invisibilisation des femmes

Féminister le #VendrediLecture !

Depuis plusieurs mois, Osez le Féminisme 59 ! publie chaque vendredi une critique littéraire. Le Feministoclic a aussi pour vocation de vous faire découvrir la richesse d’une culture féministe, nous vous proposons donc chaque mois de publier quatre avis sur un livre lu par une militante.
N’hésitez pas à donner votre avis sur les livres, et même, proposer votre propre critique !

Bonne lecture 🙂

L’équipe d’OLF

  • Liv Strömguist, Les sentiments du prince Charles

Nous vous proposons le livre de Liv Strömquist qui décrypte les logiques sexistes qui sous-tendent parfois les relations amoureuses. Pourquoi Charles et Diana se s’aimaient pas de la même façon ? Pourquoi Whitney Houston est tombée amoureuse de Bobby Brown ?

Derrière un ton faussement léger, il s’agit d’un véritable essai rigoureusement documenté sous forme de bande dessinée qui éclaire sur les comportements sociaux genrés au sein de certains couples.

 

  • Till Lukat, Dures à cuire

« Dures à cuire » de Till Lukat, une BD similaire aux Culottées de Pénélope Bagieu, qui compile 50 portraits de femmes hors du commun (résistantes, pirates, etc.) afin, de nouveau, de faire sortir de l’ombre ces femmes méconnues de notre Histoire et valoriser notre matrimoine.

 

  • Virginia Woolf, Une chambre à soi

Un classique parmi les classiques de la littérature féministe, le célèbre ouvrage « Une chambre à soi » de Virginia Woolf, dans lequel l’autrice, que l’on ne présente plus, interroge les causes du silence littéraire des femmes et analyse la place des femmes dans le roman.

Parmi ses nombreuses réflexions, l’autrice note que « les femmes nous sont données dans leurs rapports avec les hommes », plus de 70 ans avant l’invention du « test de Bechdel » pour le septième art.

Virginia Woolf explique comment les femmes ont été placées sous la dépendance économique et spirituelle des hommes et, ainsi, réduites au silence.

 » Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi.  »