#Matrimoine : Joan E. Biren, Cheryl Bridges et Nzinga Du Ndongo Et Du Matamba

Chaque semaine, nous mettons la lumière sur des femmes oubliées de l’Histoire et des manuels scolaires. Des portraits à grands traits proposés par l’équipe dOLF! 38.

  • Joan E. Biren  (1944 – )

– Après avoir grandi et suivi des études autour de Washington, elle rejoint en 1969 le women’s liberation movement, à partir duquel elle formera, avec d’autres, les Furies, collectif féministe lesbien, en 1971.
– Aujourd’hui artiste documentariste reconnue, elle se définit comme une militante féministe activiste pour apporter une nouvelle visibilité aux minorités invisibles.
– Elle est aujourd’hui connue pour son travail photographique, à travers lequel elle souhaite développer une expression totalement libérée de tous les stéréotypes induits par le patriarcat.

 

 

 

  • Cheryl Bridges (1947- )

– Elle découvre la course par hasard, en lisant un article sur le jogging, pratique qui se développe à l’époque en Australie. Elle a 13 ans.
– 3 ans plus tard, malgré les obstacles interdisant aux femmes la pratique de la course (interdictions morales mais aussi médicales… oui, oui!), elle est inscrite au club d’athlétisme de son lycée, et ce n’est que le début…
– De compétition en compétition, elle termine 7ème de l’AAU, devient la première jeune femme des USA à obtenir une bourse sportive, termine 4ème du championnat du monde de Cross Country en 1969, et en 1971, sera la première femme du monde à terminer le Marathon de Culver City en moins de 2H50.
Rien que ça!

 

 

 

 

  • Nzinga Du Ndongo Et Du Matamba (1583 – 1663)

– Femme politique, reine des royaumes Ndongo et Matamba (situés dans l’actuelle Afrique australe) de 1626 jusqu’à sa mort.
– Guerrière courageuse, elle se battait aux côtés de ses soldats pour défendre son territoire contre l’invasion portugaise et ses trafiquants d’esclaves jusqu’à la signature d’un armistice en 1657.
– Connue pour ses talents de négociatrice, elle a su négocier différents traités de paix avec le Portugal malgré la violence du climat politique de l’époque.