Emmanuel Macron, et si vous arrêtiez de vous moquer de nous ?

Peut-on s’autoproclamer féministe et prôner le “partage des désaccords” avec des personnes profondément opposées aux droits des femmes ? Peut-on en semaine A déclarer être pour l’avortement, et en semaine B rendre visite à Philippe de Villiers, anti-IVG notoire, et financeur des mouvements anti-choix ? Peut-on le matin parler d’humiliation pour décrire ce qu’aurait subi la manif pour tous et le soir se déclarer pour la PMA ?

Peut-on se vendre comme le candidat du progrès tout en faisant les yeux doux aux fanges les plus réactionnaires de la société ? Quand Emmanuel Macron déclare “être en désaccord avec Zemmour”, tout en expliquant parler avec lui, connaît-il ce que Zemmour pense des femmes ?

Sans doute que M. Macron pense qu’un homme d’Etat se doit d’être “rassembleur”, d’unir autour de sa personne, tout le monde. Mais nous ne croyons pas qu’il soit possible de développer un projet de société oecuménique, qui satisfasse tout le monde. Vouloir une société plus égalitaire, c’est s’attaquer aux privilèges d’un petit nombre. Vouloir une société plus égalitaire, c’est remettre en question l’état de faits dans lequel nous vivons, un état dans lequel les femmes et les personnes LGBT sont encore largement discriminées. Là est l’humiliation.

Est-il possible de dialoguer avec des individus qui font de la lutte contre des libertés fondamentales leur fond de commerce ? Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, pense que oui. Nous, association féministe, pensons que non. Eduquer les jeunes générations à l’égalité, au respect, pour résorber à l’avenir les clivages qui existent, oui. Mais ce ne sont ni Eric Zemmour, ni Philippe de Villiers, ni La Manif Pour Tous qu’une société plus égalitaire et juste se réalisera.

Claire SC