Avancée très partielle sur le temps partiel !

Image15nnnn

Najat Vallaud-Belkacem a salué la signature de l’accord national inter-professionnel (ANI) entre le patronat et des syndicats du 11 janvier 2013 comme une « avancée décisive ». Pourtant, cet accord n’est pas vraiment un progrès pour les femmes, dont un tiers travaillent à temps partiel, le plus souvent imposé. L’accord prévoit certes une durée minimale d’activité de vingt-quatre heures par semaine. Une avancée nuancée par la possibilité de nombreuses dérogations. De plus, rien n’a été prévu pour limiter les conséquences du temps partiel : journées morcelées, amplitudes très larges, tôt le matin, tard le soir qui rendent difficile l’organisation de la vie quotidienne.

Laure Sydola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :