Sainte-nitouche ou fille facile : jugement absurde

Les femmes ne sont rien sans leur réputation : chacun y va de son commentaire sur leur vie sexuelle. D’un côté, si elles ne montrent rien, elles sont coincées, frigides : comment trouveront-t-elles un mari ? De l’autre, sous prétexte de les protéger du regard impitoyable de la société, l’exubérance sexuelle est condamnée. Passé un seuil de « décence » on ne peut plus flou, elles entrent dans la catégorie « facile », bonne pour un soir mais finalement infréquentable. Comment faire comprendre que la sexualité des femmes est protéiforme, qu’elle change au gré des envies, des périodes de vie et qu’au final, qu’elle ne regarde que celle qui la vit ? Entre l’injonction au sexe permanente du monde extérieur, qui demande en même temps aux femmes, paradoxalement, de canaliser leurs désirs, c’est facile de ne plus s’y retrouver. Alors mieux vaut prendre le chemin le plus simple : s’écouter, se faire confiance et découvrir son corps à son rythme, parce qu’on s’amuse tellement plus sous la couette une fois libérée du regard des autres !

Sedera