Rita Thalmann, historienne féministe

Être femme sous le IIIe Reich, Laffont, 1981.

Tout a commencé à Nuremberg en 1926 et s’est achevé en août à Paris. Historienne de renom, Rita Thalmann est décédée cet été. Juive et allemande, réfugiée en France et étudiante après-guerre à la Sorbonne, elle a cherché toute sa vie à comprendre pourquoi l’Allemagne a choisi le nazisme. De la femme «aryenne» réduite à l’état de «poulinière» à la résistante française agente de liaison ou confectionneuse d’explosifs, elle aura porté la recherche sur les femmes durant la deuxième guerre mon- diale, thème souvent ignoré de ses collègues historiens.

Noémi