#VendrediLecture : violences masculines, portrait de femme, gynécologie

Féminister le #VendrediLecture !

Depuis plusieurs mois, Osez le Féminisme 59 ! publie chaque vendredi une critique littéraire. Le Feministoclic a aussi pour vocation de vous faire découvrir la richesse d’une culture féministe, nous vous proposons donc chaque mois de publier quatre avis sur un livre lu par une militante.
N’hésitez pas à donner votre avis sur les livres, et même, proposer votre propre critique !

Bonne lecture 🙂

L’équipe d’OLF

 

  • Patrizia Romito, Un silence de mortes

Dans ce livre d’une grande qualité analytique, l’autrice traite des violences faites aux femmes et identifie les mécanismes que la société met en oeuvre pour ne pas voir ces violences et les occulter.
Ainsi, elle fait la liste des institutions dont les manquements et les réflexes patriarcaux permettent la perpétuation des violences contre les femmes : services socio-sanitaires, police et tribunaux, médias sont autant d’acteurs de la société qui minimisent ces violences permettant de les invisibiliser.

Patrizia Romito documente à l’aide d’enquêtes et de données chiffrées provenant de différents pays, les formes et la fréquence de toutes les violences dont sont victimes les femmes.

(Un article synthétisant l’ouvrage est disponible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes… )

 

  • Peter Bagge, Femme Rebelle

Un ouvrage de Peter Bagge consacré à Margaret Sanger, fondatrice du journal The Woman Rebel et du Planning Familial américain. Dans ce roman graphique, l’auteur dresse le portrait de cette féministe pionnière et militante du droit des femmes à disposer librement de leur corps.

« Aucune femme qui ne possède ni ne dispose de son propre corps ne peut prétendre être libre.
Aucune femme ne peut prétendre être libre tant qu’elle ne peut choisir délibérément d’être mère ou non ».
MARGARET SANGER

 

  • Mélanie Déchalotte, Le livre noir de la gynécologie

Un ouvrage de la journaliste Mélanie Déchalotte sur le thème des maltraitances gynécologiques et obstétricales, des maltraitances qui sont à la fois sexistes et institutionnelles.

Tout au long de leur vie, les femmes mettent leur corps entre les mains des gynécologues. Paternalisme, sexisme, examens brutaux, paroles déplacées ou culpabilisantes, humiliations, absence de consentement, épisiotomies superflues, déclenchements abusifs sont autant d’expériences longtemps ignorées ou perçues comme inhérentes à la condition féminine.

L’autrice relaie les témoignages des femmes qui disent en avoir été victimes et renseigne les parturientes sur leurs droits et encourage les soignant.e.s à mener une réflexion éthique et humaniste sur les violences dans le milieu du soin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :