Les garçons brillent, les filles s’appliquent

Les Grands Hommes qui égrènent l’Histoire des arts et des sciences en sont la preuve : le génie est mas-cu-lin ! Si quelques rares femmes ont réussi à se hisser à leur niveau, ça ne peut être qu’au prix d’un travail acharné ou d’une immense application alors que les hommes n’auraient qu’à laisser émerger le génie sans efforts. Voilà encore un « deux poids deux mesures » dont le sexisme s’illustre dès les bancs de l’école. À l’époque où l’instruction était réservée aux mâles, on attribuait la réussite des garçons à leur supériorité intellectuelle innée. Aujourd’hui pourtant, ce sont les filles qui s’en sortent le mieux en classe. Mais leur réussite est bien vite relativisée ! A résultats égaux, les qualificatifs employés sur les bulletins scolaires ne sont pas les mêmes. Celle-ci ne serait liée qu’à leur obéissance « naturelle » et à leur application, à force de travail acharné, alors que les garçons ne s’en sortiraient qu’en vertu d’une aisance toute aussi « naturelle ». Or ces stéréotypes renforcent l’injonction à la docilité chez les filles, restreignent leur ambition et minimisent le réel talent de beaucoup d’entre elles. Car l’avance qu’elles ont à l’école s’efface dans le monde du travail, où elles n’ont que rarement accès aux postes de direction. Ou quand réussite scolaire rime avec plafond de verre…

Amanda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :