Les psychologues et le soin de la psyché en psychotraumatologie : Interview de Mireille Bouskéla

Mireille Bouskéla est vice-présidente du Syndicat des Psychologues en exercice libéral. Elle a été la responsable de la première consultation en victimologie/psychotraumatologie, intersectorielle créée par le Dr Archambault en 1996, chef de service de psychiatrie.

 

OLF : Qu’est-ce que la psychotraumatologie ?

M.B. : C’est une discipline s’est développée avec les traumatisés de la première guerre mondiale. Elle a été transposée dans le civil et, en 1994[1], est créée la première consultation en psychotraumatologie à Paris sous le nom de Centre de psychothérapie des victimes. Elle a été développée après les attentats du RER à la station St Michel.

OLF : Les psychologues sont-ils formés à la psychotraumatologie ?

M.B. : Oui ! La psychotraumatologie fait partie de la psychopathologie[2], enseignée par les universités françaises de psychologie. Sont au programme, les processus psychiques humains et leurs diagnostics  ; l’étude de la psychopathologie clinique (pathologies psychiques, psychotraumatologie) ; l’étude de la psychodynamique (fonctionnement et organisation de la pensée : ce que la personne pense et comment elle pense, les conflits conscients et inconscients). Des stages sont effectués en institutions spécialisées.

OLF : Les psychologues doivent-ils être psychothérapeute pour traiter un psychotraumatisme ?

M.B. : Tout psychologue diplômé de l’université est psychothérapeute. Il doit s’inscrire à l’Agence Régionale de Santé, pour exercer, où il reçoit un numéro professionnel. Ce numéro désigne à la fois le titre de psychologue et celui de psychothérapeute.

OLF : Comment savoir si un·e professionnel·le est bien psychologue ?

M.B. : Un numéro Adeli est attribué à tout psychologue. Il peut figurer sur la carte professionnelle et sur les factures. Toute personne peut vérifier l’inscription dans le fichier ADELI en appelant l’Agence Régionale de Santé. De plus, un Code de déontologie encadre l’exercice du métier.[3]

OLF : Soigner un psychotraumatisme vécu par une femme, est-ce la même chose que soigner un cerveau ?

M.B. : Non. C’est la femme dans sa dimension d’être au monde, psychique et physique, qui est reçue par le·la psychologue et non un cerveau ! Elle est sujet à part entière. Le développement des neurosciences peut amener à croire qu’il suffit de soigner le cerveau. Or la personne ne se réduit pas à de la matière grise. Sa psyché se traduit par l’expression de ses paroles, de ses affects, de ses émotions, de ses comportements et autres manifestations psychologiques, lesquelles peuvent parfois avoir des retentissements sur le physique. C’est alors ce que l’on appelle la psychosomatique.

OLF : Comment la personne qui a vécu un trauma est-elle accueillie?

M.B. : Une femme qui souffre d’un psychotraumatisme est invitée à dire, à exprimer avec ses mots ce qu’elle vit, ressent, et ce qui lui est arrivé. Elle entre, en tant que sujet, dans une démarche volontaire de se soigner. Elle est aussi entendue et comprise par la psychologue. Par conséquent, une patiente qui a un sentiment de culpabilité, aussi surprenant soit-il après avoir subi des violences, sera écoutée. Son sentiment ne sera donc ni occulté, ni nié, mais au contraire recueilli et « travaillé ».

OLF : Les psychologues sont-ils médecins ?

M.B. : La psychologie ne fait pas partie du domaine médical. Les psychologues, en France, ne prescrivent pas de médicament et ne qualifient pas la souffrance psychique psychologique de maladie.

Propos recueillis par Florence Gomi

 

Faire attention aux intitulés trompeurs

L’information directe du public sur ce qu’est un ou une psychologue est insuffisante. De fausses informations peuvent être diffusées ; de faux professionnels s’intitulent « psy », « psycho-praticiens », « thérapeute », « coach » ou « expert en psychologie ». Les femmes fragilisées sont en souffrance psychique. Elles peuvent être exposées par conséquent à des pratiques sauvages et des dérives sectaires[4].

[1] http://www.thyma.fr, La revue francophone de victimologie

[2] https://www.lareponsedupsy-info/Psychologue, Des infos, des conseils, des renseignements pratiques sur la maladie psychique

[3] http://www.psychologues-psychologie.net, Fédération française des Psychologues et de Psychologie

[4] http://syndicat-spel.fr, site internet du Syndicat des Psychologues en exercice libéral

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :